Le blog de Mops

"J'ai un rêve, celui d'un monde où chacun vivrait de sa passion"

dimanche 6 octobre 2013

Quand deux cocottes se rencontrent chez Ma Cocotte...

Interview d'une star dans un restau choisi. Concept Camille Papille

Assise à la terrasse du restaurant de Saint-Ouen Ma Cocotte, j'attends Stéphanie dont le surnom est Mops. On s'est donné rendez-vous à 18h; le restaurant est vide. Je suis un peu nerveuse comme à chaque début d'aventure. Nous avons confirmé le rdv la semaine dernière alors je me demande si elle n'a pas oublié. 18h05, elle arrive toute souriante et ma nervosité s'envole.

La déco du resto lui plaît tout de suite. Il faut dire que l'endroit est à la fois chic, moderne et authentique, pensé par le grand Stark. Décoratrice d'intérieur, Mops veut tout de suite visiter. On monte à l'étage. La pièce est décorée de meubles chinés chez les brocanteurs des Puces adjacentes.
Après s'être extasiées devant le mur de béton ciré effet bois, la frise d'assiettes de grand-mères et surtout devant LE tableau COCOTTE, on descend aux toilettes qui valent le détour selon notre hôte. L'effet waouh est immédiat. Euphorique, Stéphanie me dit " sors ton tube de rouge " et c'est parti pour une séance photos girly. Je la connais depuis 10 minutes et pourtant j'ai l'impression d'être avec une amie de toujours. J'ose même lui dire que je n'ai pas de rouge à lèvres sur moi, quitte à mettre en péril ma future réputation de bloggeuse. Mais je ne me dégonfle pas et sors tout de même mon poudrier (l’honneur est sauf). Je remonte avec une bonne copine ..



18h30 : on commande deux cocktails vitaminés: jus de carotte, gingembre frais, jus d'orange, jus de citron.

 Je veux tout savoir sur Cocotte Power. Sa définition n'est pas une mince affaire. L'histoire a commencé par un collectif de designers(euses) et d'artistes. Mais quand sa banquière lui a dit tristement " alors moi je ne peux pas être une cocotte ? " Mops s'est dit que mieux qu'un collectif, Cocotte Power se devait d'être une communauté ouverte à toutes.

C'est plus ou moins à ce moment que je suis prise d'une folle fringale. Les cocktails qu'on aurait voulu plus frais et épais nous ont un peu déçues et surtout ne nous ont pas nourries. Je vais nous chercher une carte que l'on décrypte tel un jeu de piste. Stéphanie trouve l'appellation "les assiettes à partager" géniale. Les valeurs humanistes lui tiennent à cœur (2ème point commun). Les « radis de toutes les couleurs, fromage blanc aux herbes » me font de l'œil. J'opte finalement pour le saumon mariné sauce Gravlax laissant le foie gras chutney de mangue à Mops. "De toute façon on fera moit-moit !" Nous accompagnons le tout de 2 petits verres de rouge (le serveur me surprend en nous suggérant, après lui avoir donné nos envies, le vin le moins cher).

 La commande passée, nous pouvons revenir à nos cocottes. Une communauté donc, au contact de laquelle toutes les femmes se lâchent et deviennent créatives sans avoir pour autant besoin d’être artistes. Mops sort son Smartphone et recherche la définition de créativité ; faculté d'invention et d'imagination, pouvoir créateur ... Power créateur - cocotte power ... La boucle est bouclée.

La présentation de nos assiettes, elle, est un peu moins créative et me déçoit un peu. Mais la saveur du saumon et de sa sauce me fait bien vite oublier l'aspect de mon assiette que je dévore. Stéphanie apprécie elle aussi beaucoup et nous oublions bien vite notre valeur de partage pour finir bien égoïstement chacune nos entrées (on ne peut pas être parfaite !).

Tout en sauçant d’un pain délicieux le Gravlax, je l'écoute passionnée par son projet qui s'assimile presque au mouvement Flower Power mais version XXIème siècle… quand soudain je me demande si j'ai l'air aussi béat que le brochet accroché au poteau en face de moi.

Il est 20h passées et Stéphanie (qui, attendue par sa petite famille, doit filer) m'a convaincue, je serai dorénavant une cocotte au super power que je transmettrai au plus grand nombre en commençant par mes futurs "cocotte date". Ma Cocotte m'a convaincue également, surtout que le serveur, au moment de payer, nous a offert une petite ristourne en arrondissant le montant de l'addition. Ristourne qui n’était pas de trop sachant que les entrées que nous avions choisies tournaient autour de 20 €.

Je n'ai plus, mes chères cocottes, qu'à vous souhaiter un bon appétit ! On se retrouve dans un mois pour une nouvelle cocotte en sauce.

CoCo (le XoXo des cocottes) Camille

PS : Si vous avez des suggestions de cocottes intéressantes à rencontrer, n'hésitez pas à me les soumettre en m'envoyant un message privé sur ma page https://www.facebook.com/camillekasman

Restaurant Ma Cocotte
106, rue des rosiers 93400 Saint-Ouen
01 49 51 70 00
www.macocotte-lespuces.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire