Le blog de Mops

"J'ai un rêve, celui d'un monde où chacun vivrait de sa passion" Mops, fondatrice de Cocotte Power

lundi 6 mai 2013

La Quinqua

Cotcool de Davia, chroniqueuse ludique
50 ans! Ah! Tu ne les fais pas.
Et voilà ! Tout est dit ! J’ai l’air d’une vieille chose, et contrairement à toutes les théories sur l’épanouissement de la femme de 50 ans, j’angoisse et je compte à rebours ! Juchée sur mon vélo, je réfléchis à mon existence en tentant de la conserver intacte, il me faut en effet survivre à la circulation avant d’atteindre le bureau pour me mettre d’urgence au boulot : un rétro planning de toutes les choses que je m’étais promises de faire avant l’âge fatidique et que je n’ai même pas de près ou de loin seulement abordées.

 1 / Apprendre le piano, mais soyons réaliste : le temps manque, il me faudra bien 45 ans pour savoir jouer « La lettre à Elise » à la perfection, mon espérance de vie étant de quatre vingt cinq ans (si j’en crois mon assureur), autant acheter un CD et demander à mes survivants de le passer le jour de mes funérailles.
1bis / Apprendre à chanter du classique ou mieux du baroque ! Cela fait des lustres que je promène fièrement mes bonnets C devant moi, autant que cela serve enfin à quelque chose.

2 / Apprendre la danse orientale (pour la même raison que le 1 bis).

3 / Aider le monde à l’instar d’Adriana Karembeu : secourir les malheureux en partant en Afrique avec une ONG quelconque, ou mieux : épouser un milliardaire texan* et procéder à une juste répartition de ses richesses. *Pourquoi un Texan ? Eh bien, parce que le mariage d’argent avec golden parachute inclus est au Texas ce que le foie gras est aux Landes, une spécialité !

4 / Changer totalement de look : dépend totalement de la résolution 5, superbement glamour avec le milliardaire texan, ou définitivement décalé si l’Afrique pointe son nez.

5 / Adopter un enfant : la poussette étant l’accessoire le plus rajeunissant jamais inventé. Problème, l’effet lifting tombe à l’eau dès le premier pas de l’enfant. De plus il faudrait pour cela trouver un nouveau père co-adopteur, mes ex étant tous maqués avec des gamines de trente ans.

6 / Tenter une opération de chirurgie esthétique pour chasser les plis nasaux-géniens, pourfendre le léger double menton, annuler la ride du lion, et j’en passe. Il faut hélas avouer que je manque de la dose de courage qu’une Ophélie Winter, une Arielle Dombasle ou une Sheila ont su montrer chacune à leur tour, avant ou après leurs opérations, selon le cas.

7 / Retrouver ma taille 38 : là les idées ne manquent pas, j’ai d’ailleurs déjà tout essayé. Je peux vous calculer en points Weight Watchers n’importe quelle carte de restaurant, je parle le Dukan à la perfection et suis capable de disserter des heures sur les bienfaits et méfaits des régimes hyperprotéinés tout en sirotant d’une paille élégante une bouillie d’aliments hypocaloriques. Ce qu’il me faudrait, considérant mon cruel manque de temps, c’est une solution radicale : Achat d’une nouvelle garde robe top tendance en taille 38 et pose d’un code sur le réfrigérateur dont seuls mes enfants seraient les détenteurs. Ou bien départ dans un ashram du sud de l’Inde où pour peu qu’on trouve un truc bouffable sans passer trois nuits sur les toilettes, la pauvreté ambiante vous a déjà coupé l’appétit. Ce qui me pousse immédiatement à la résolution N°8.

8 / Adhérer avec conviction à une spiritualité, une religion où foi et raison cohabiteraient sans équivoque. Plusieurs solutions s’offrent à moi. Me convertir à la religion juive : demande trop de temps et de toute façon ils ne recrutent pas. Me convertir à l’islam : au début ça paraît plus facile mais, au final, c’est trop contraignant au niveau du look pour une femme comme moi. Me tourner vers la paroisse : impossible ça ferait trop plaisir à ma mère. Il reste encore le bouddhisme, mais là c’est carrément dépassé, autant attraper le premier fil rouge venu et se déclarer kabbaliste. Retourner en Inde pour intégrer la dimension spirituelle qui manque aux Occidentaux et revisiter le Taj Mahal, en évitant de me faire photographier devant, assise, l’air pensif. Lady D et moi-même ayant plusieurs habitudes communes, dont celle de rouler à Paris dans des Mercedes avec chauffeurs bourrés, je ne voudrais pas que ma réflexion spirituelle tourne à la malédiction.

9 / Arrêter la clope. Sauf qu’arrêter de fumer tue : mes enfants m’ont retrouvée un 2 janvier à moitié nue sur le balcon, couverte de patchs et d’aiguilles d’acuponcture, l’air hagard face à un hypnotiseur malgache. Je ne peux pourtant regarder ma vie partir en fumées toxiques sans réagir, il me faut fumer sain ! Dorénavant je roulerai mes propres cigarettes avec du tabac bio de préférence, de l’herbe, quoi!

En résumé, il me reste onze mois pour apprendre le piano avec un professeur de chant reconverti dans la diététique puis épouser un jeune milliardaire texan, trafiquant de drogues douces en Inde, mais demeurant à Paris (town of fashion), qui adoooore les enfants mais hait les Mercedes, dont le père est chirurgien esthétique et la sœur professeur de danse orientale. Je m’y mets: une annonce bien rédigée sur Internet, et mes 50 ans sont sauvés!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire