Le blog de Mops

"J'ai un rêve, celui d'un monde où chacun vivrait de sa passion" Mops, fondatrice de Cocotte Power

lundi 4 juillet 2011

De Colette à Cocotte, May Pham van Suu, laqueuse au service du design de luxe

Auteur : Stéphanie pour CD

J’ai rencontré May chez Andree Putman il y a quelques années. Elle était venue présenter son travail de laqueuse sous forme de petits échantillons ultra-précieux qui nous ont plu tout de suite.

Elle avait surtout réussi à nous fasciner avec un échantillon de laque décorée de coquille d’œuf, un art traditionnel japonais très ancien qui, dans sa main, prenait soudain une tournure contemporaine.

Après quelques échanges passionnants, naquirent nos commodes qui trônent aujourd’hui dans le dressing d’une princesse à Bruxelles.



Cette rencontre la définit parfaitement.

May ne laque pas juste un support, elle suit une histoire : pour elle, une œuvre est obligatoirement un travail à plusieurs.

C’est ensuite dans son atelier, à Montreuil, que j’ai découvert la variété de ses «histoires» lorsque je m’y suis rendu avec ma fille Mia pour l’interviewer pour Cocotte Design.

À côté d’une série de rectangles noirs avec incrustations de nacres pour les vitrines de Chanel joaillerie, Darcel est en pleine conversation (le thème de notre expo !) avec le dragon de la table Five Claws de LAQ :

Mais ne nous attardons pas sur le concept Darcel Desapoint, personnage dépressif et désabusé crée par Creg Redman qui arrive tout droit de chez Colette, car c’est le travail de May que je suis venue voir !

D’ailleurs, elle préfère me montrer l’intérieur de son tiroir-oeil couleur arc-en-ciel et surtout le rapport entre sa tête en forme d’œuf et le blanc de ses yeux en coquilles d’œuf !

Une fois de plus, elle rentre dans l’histoire, laissant place à sa passion pour son travail.

Nous sommes coupées par Mia qui lui demande pourquoi Darcel n’a pas de bouche. May lui explique que le Darcel dessiné a normalement une toute petite bouche pas contente. Mais en volume, sa bouche a été zappée. Un Darcel content ? L’effet May peut-être !

Mais parlons plutôt de LAQ, la société que son mari Pascal Maugein a créée en 2009 avec son ami Raphaël Lancrey Laval, dont la table Five Claws sera présentée à notre expo des Designer’s Days. Une table d’un bleu marine incroyable avec un dragon devenant contemporain grâce à des incrustations de couleurs vives, de feuilles d’or et de nacre bleue.

Elle a beau dire que c’est un client comme un autre, son œil brille de fierté quand elle me montre leurs œuvres communes :

> la très médiatisée table Dona recouverte d’une tête de mort psychédélique, une table en laque turquoise avec de «l’aventurine nacrée» (c’est un lâcher de paillettes dans la laque fraîche, j’adore cette description, je la trouve hyper poétique !)…

> le dernier né, un petit meuble vintage avec des motifs de tatouages des années 50 de Sailor Jerry sur fond beige rappelant la couleur de la peau. Vous pourrez également le voir à l’expo Cocotte Design.

Quand May parle de couleur, on a l’impression qu’elle parle de cuisine (pas besoin de lui demander si elle aime cuisiner, sa réponse sera forcément positive !)… D’ailleurs elle enchaîne sur «la mémoire olfactive et sensorielle», «associer couleurs, goûts et sensations pour recréer des émotions»…

Finalement, je ne sais plus si elle parle de laque ou de cuisine, mais je suis sous le charme de sa description !

Pendant ce temps-là, Mia fait le clown avec les smileys “content pas content” également créés par LAQ.

J’ai bien fait de venir avec elle, toutes ces couleurs correspondent bien à la légèreté de notre enfance.

Mais comment fait-elle pour avoir des couleurs aussi puissantes ?
«J’utilise souvent la laque dans mes projets, mais là, on est bien loin de la laque industrielle.»

Cette fois c’est une spécialiste technique plutôt qu’une artiste qui parle :
«Pour ce rouge par exemple : d’abord un orange très clair, puis des glacis rouges, ensuite 7 couches d’apprêt pour préparer le bois, enfin 5 à 10 couches de laque aux teintes claires puis plus sombres, puis le glacis, 1 ou 2 couches de vernis transparents, tout ça sans oublier de poncer entre chaque couche !!!»

Un travail de titan, mêlant patience, passion et perfectionnisme !

Je suis vraiment contente pour elle d’écrire ce billet et de vous présenter son travail à l’exposition. Car comme elle ne travaille que pour des artistes qui ont déjà une forte notoriété, on oublie parfois de parler d’elle : il fallait que Cocotte Design le fasse, elle le mérite tellement !

Et surtout, une fois que vous aurez les œuvres de LAQ devant vous, rapprochez-vous ! Plongez-vous dans les détails et la technique et vous craquerez pour le travail de May Pham van Suu !

Ma visite s’arrête d’un coup : May doit chercher son adorable Lulu, 2 ans, chez sa nounou.

Mais comme nous en voulons encore, nous attendons avec impatience de pouvoir partager ce coup de cœur avec vous à l’exposition “Au-delà du blog” à l’espace13 Sévigné à l’occasion de l’événement Designer’s Days à Paris du 16 au 20 juin prochain !

May Pham van Suu et LAQ : www.laqsters.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire